Saint Laurent – le film

Ce mercredi 24 septembre, je suis allée voir Saint Laurent de Bertrand Bonello avec Gaspard Ulliel, Léa Seydoux, Jérémy Renier et Aymeline Valade. J’ai eu la chance d’assister à une séance avec la présence de Bertrand Bonello et Gaspard Ulliel.

388785

J’attendais beaucoup de ce film là. En effet, j’avais déjà vu celui avec Pierre Niney mais j’avais été très déçue car je trouve que Jalil Lespert avait trop mis en avant la relation entre Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, on ne voyait pas assez la personnalité assez complexe du couturier.

Dans le film de Bonello qui n’est pas un film biographique mais une fiction inspirée de faits réels, celui-ci se déroule pendant une courte période, 1967-1976. Le réalisateur aborde six thèmes principaux: la folie, la mode, le style, l’amour, la fête et le défilé (Ballets russes en 1976).

Défilé Ballets Russes en 1976

On découvre un Yves Saint Laurent déjà grand couturier. Bertrand Bonello nous peint un portrait réaliste du styliste et nous dévoile un côté sombre que l’on ne connaissait pas forcément comme son addiction aux médicaments, sa solitude, sa folie à la fois créative et destructrice. Les personnages masculins de Yves Saint Laurent et Jacques de Bascher de Beaumarchais sont les plus mis en avant, Bertrand Bonello a cherché à montrer cette relation à la fois fusionnelle et destructrice pour Saint Laurent.

Jacques de Bascher de Beaumarchais (Louis Garrel) et Yves Saint Laurent (Gaspard Ulliel)

Gaspard Ulliel incarne extrêmement bien le couturier, il a dû étudier sa gestuelle et sa voix si particulières. Lors de l’entretien que nous avons eu avant la projection du film, il disait qu’au départ il avait eu beaucoup de mal à trouver la voix de Saint Laurent mais qu’à un moment donné, il a eu un déclic et celle-ci lui est venue toute seule. Dans ce film, l’acteur est méconnaissable mais ce rôle lui va si bien. Il disait aussi que selon lui, c’était la plus belle opportunité qu’il n’ait jamais eu dans sa carrière et que c’était probablement le plus grand rôle, le rôle de sa vie.

Bertrand Bonello nous peint une des périodes les plus libres, la liberté sexuelle, la libération de la femme et des moeurs. C’est la France de Brigitte Bardot, le temps du Palace et de chez Régine et la révolte de mai 68.

Loulou de la Falaise (Léa Seydoux) et Yves Saint Laurent (Gaspard Ulliel)

Enfin, Ce film n’ayant pas eu l’accord de Pierre Bergé pour avoir accès à toutes les archives, aux collections de Yves Saint Laurent, tout a dû être dessiné et créé, les costumes sont incroyables et très réalistes comme lors de la scène du défilé « Ballets Russes » en 1976.

Le film a été nominé pour représenter la France aux Oscars, espérons que cet incroyable film sera récompensé pour son travail.

A voir et revoir !

Publicités

Quand les années 60 sont de retour dans nos penderies …

Cette saison la dégaine rétro de Birkin, Twiggy ou encore Françoise Hardy est la silhouette phare de cet automne.  On a pu apercevoir sur plusieurs défilés comme Louis Vuitton ou Saint Laurent des looks rétro et très inspirés des années 60-70.

Nous voilà de retour aux petites robes trapèzes, aux cols claudines, aux jolies capes. On va pouvoir rechausser des jolies Mary Jane vernies noires ou des indémodables Chelsea Boots.

Je suis ravie de cette nouvelle tendance. Les années 60-70 sont des années qui me passionnent, autant par la mode que par le cinéma ou la musique. Si j’avais pu choisir de vivre à une époque, j’aurais aimé avoir 20 ans dans les années 60.

Saint Laurent Paris

Louis Vuitton

Mango

Carven

IDEES DE TENUES NEO-SIXTIES:

Inspiration Catherine Deneuve dans Belle de Jour de Luis Bunuel:

Robe col Claudine Zara: 49,95 euros

Cape noire Mango: 89,90 euros

Chaussures Mary Jane Topshop: 36 euros

Sac cartable aspect lézard Zara: 59,95euros

Inspiration Françoise Hardy: 

Col roulé Mango: 12,99 euros

Jupe zippée Mango: 29,90 euros

Trench Comptoir des Cotonniers: 195 euros

Casquette de gare Comptoir des Cotonniers: 85 euros